Il en faut peu pour être heureux – Jean Stout et Pascal Bressy

Petit chant en préparation pour l’école de musique … 🤗

Il en faut peu pour être heureux
Vraiment très peu pour être heureux
Il faut se satisfaire du nécessaire
Un peu d’eau fraîche et de verdure
Que nous prodigue la nature
Quelques rayons de miel et de soleil

Je dors d’ordinaire sous les frondaisons
Et toute la jungle est ma maison
Toutes les abeilles de la forêt
Butinent pour moi dans les bosquets
Et quand je retourne un gros caillou
Je sais trouver des fourmis dessous
Essaye c’est bon, c’est doux

Il en faut vraiment peu
Très peu pour être heureux! (mais oui!)
Pour être heureux

Il en faut peu pour être heureux
Vraiment très peu pour être heureux
Chassez de votre esprit tous vos soucis
Prenez la vie du bon côté
Riez, sautez, dansez, chantez
Et vous serez un ours très bien léché!

Cueillir une banane, oui
Ça se fait sans astuce (aïe!)
Mais c’est tout un drame
Si c’est un cactus
Si vous chipez des fruits sans épines
Ce n’est pas la peine de faire attention
Mais si le fruit de vos rapines est tout plein d’épines c’est beaucoup moins bon!
Alors petit, as-tu compris?

Il en faut vraiment peu
Très peu, pour être heureux!
Pour être heureux?
Pour être heureux!

Ah, mon dieu, c’que c’est bon de vivre!
Essaye, détends-toi
Oui, rafraîchis-toi, mets-toi à l’aise
Viens sur mon ventre
Et laisse-moi te dire une chose, petit frère
Si tu travaille comme cette abeille
Eh, tu te rendras malade
Ne gâche pas ton temps pour l’impossible
Et si tu peux le trouver, alors tant mieux pour toi!

Et tu verras qu’tout est résolu
Lorsque l’on se passe des choses superflues
Alors tu ne t’en fais plus
Il en faut vraiment peu, très peu, pour être heureux

Il en faut peu pour être heureux
Vraiment très peu pour être heureux
Chassez de votre esprit tous vos soucis, youpi!
Prenez la vie du bon côté
Riez, sautez, dansez, chantez
Et vous serez un ours très bien léché!
Ouais!
Et vous serez un ours très bien léché, youpi!

On ne peut rien faire quand on a un p’tit – Aldebert

Petite pensée à tous les parents d’enfants en bas âge (donc moi, y compris 😅) ! Cette chanson est complètement vraie et me fait beaucoup rire ! Néné nous demandait récemment « Et les adultes qui n’ont pas d’enfants, ils font ce qu’ils veulent ? » 🤗 ! Chers amis parents, c’est vrai que nos petits loulous nous accaparent, et c’est peu de le dire ! Mais nos enfants sont des dons précieux de Dieu, et j’ai appris, et j’apprends toujours à profiter du temps avec eux… ils grandissent si vite ! Honnêtement, si je m’écoutais, je finirai la tonne de choses que j’ai à faire, et qui franchement, pourrait être prioritaire. Mais il faut prendre le temps… le temps d’écouter Titi me raconter les records des animaux, le temps de dessiner un Monsieur Madame parce que Néné ne sait pas le faire, le temps d’être avec Boubou, pour tout et pour rien … Et bien sûr, parfois leur dire aussi « non », parce qu’il faut quand même débarrasser la table, ranger un peu la maison (un peu quand même hein 😊), discuter tranquilement avec Papa, … C’est loin d’être facile, c’est tout un exercice ! La méga astuce que j’ai trouvée, c’est de penser à tout ce que je ne pourrai plus faire quand ils seront grands 😅 au lieu de me focaliser sur tout ce que je ne peux pas faire ! Allez, profitons du temps !

Et cadeau, un extrait des paroles de la chanson… à prendre avec dérision bien sûr 😛 !

C’est un artiste il fait rimer souvent bronchio avec gastro
D’ailleurs il vient de repeindre l’entrée à la compote d’abricot
Il se roule parterre le summum
Mais je vais pas m’énerver c’est bête
Sous prétexte que ton iphone repose au fond des toilettes
Et si c’était un mutant ?

Franchement même si t’es enrhumé
J’arrive pas pour autant à faire des bulles de morve avec mon nez
Ça couche a explosé
Il a épilé le chien
Fais nous une pause bébé
Ou tu vas finir sur le bon coin

Le bonhomme de neige – Aldebert (ft. Florent Marchet )

J’ai peur et je surveille
Que frappe sans façon
Les rayons du soleil
Sur mon corps en glaçon
Vive le vent
Vive le froid
Je connais la chanson
Je défie le printemps
Moi qui ne suis que flocon
J’attends sur la terrasse
Que les minots m’enroulent
Me rassemble et qu’il fasse
De moi de jolies boules
Planté sous les étoiles
Je me dresse en héros
Moi je n’ai le moral
Quand dessous de zéro

[Refrain]
Sans mauvais temps, que ferais je?
Je suis un bonhomme de neige
Sans les enfants, que serais je?
Je suis un bonhomme de neige

Une grosse boule pour le ventre
Une petite pour la tête
Une carotte visée entre
Mes pupilles de noisettes
J’aime les entendre rire et
Danser autour de moi
J’aimerais les applaudir
Mais j’attends encore mes bras
L’écharpe de super mamie
Le chapeau du voisin
La pipe en bois de papi
Et sur mon 31
Je deviens leur mascotte
On me couvre de bises
Les enfants qui grelottent
M’appellent mr freeze

[Refrain]
Sans mauvais temps, que ferais je?
Je suis un bonhomme de neige
Sans les enfants, que serais je?
Je suis un bonhomme de neige

L’hiver qui s’achève c’est ma hantise
Moi qui ne rêve que de banquise
Gardez moi bien au froid
L’été, les parasols, quelle angoisse
Moi qui ne raffole que de glace
Gardez moi bien au froid
Afin de me rassurer
Et de tenir le coup
Les bambins du quartier
Vont construire un igloo
Ils m’ont promis qu’un jour
Un peu avant noël
J’irais finir mes jours
Aux neiges éternelles

[Refrain]
Sans mauvais temps, que ferais je?
Je suis un bonhomme de neige
Sans les enfants, que serais je?
Je suis un bonhomme de neige

Je suis un bonhomme de neige
Je suis un bonhomme de neige

William l’hippopotame – Claude Gagné

L’hippopo l’hippopotame William
Est amoureux d’une dame
Dont la tête est près du ciel
Et le cœur dans les étoiles.

L’hippopo l’hippopotame William
Pour oublier cette dame
Chante et joue sur des tam-tams
Pour soigner son vague à l’âme.

Refrain :
L’hippopo l’a dans la peau
Elle tout là haut
Mais elle ne le voit même pas
Lui tout en bas
L’hippopo manque de pot
Car tout la haut
Elle est au dessus de ça
Qu’on l’aime ou pas.

L’hippopo l’hippopotame William
Devient un vrai gentleman
Pour sa dame qui se pavane
Belle et fière dans la savane

L’hippopo l’hippopotame William
Voudrait déclarer sa flamme
Mais il bafouille et s’emballe
Et ça finit par un drame.

L’ihippopo l’hippopotame sur ses tam-tams
Se pavane dans la savane la drôle de dame

L’hippopotame sur ses tam-tams
Dans la savane la drôle de dame

Écouter

C’est l’heure des parents

A l’école c’est bien joli
Mais quand on est tout petit
Qu’est ce qu’on attend tout le temps ?
C’est l’heure des parents
Qu’est ce qu’on attend tout le temps ?
C’est l’heure des parents

Quand on est chez les moyens
On a encore des chagrins
Qu’est ce qu’on attend tout le temps ?
C’est l’heure des parents
Qu’est ce qu’on attend tout le temps ?
C’est l’heure des parents

Et quand on est chez les grands
Sur le banc bien gentiment
Qu’est ce qu’on attend tout le temps ?
C’est l’heure des parents
Qu’est ce qu’on attend tout le temps ?
C’est l’heure des parents

Que mets-tu dans ta soupe ?

Dis-moi tante Ursule,
Que mets-tu dans ta soupe ?
– Je mets dans ma soupe :
Un chou, deux choux, trois choux !
Mais ce n’est pas tout :

Lundi, j’y mets trois céleris,
Mardi, j’ajoute trois radis,
Mercredi, un pied de pissenlit,
Jeudi, un demi salsifis,
Vendredi, un brin de persil,
Samedi, un peu de pain rassis
Avec du hachis !
Et le dimanche ?…
Je la mange !

Dis-moi tante Ursule,
Que mets-tu dans ton bouillon gras?
– Dans mon bouillon gras ?
Trois rutabagas !
Et dans ton four
– Des topinambours !

Et dans ta marmite ?
– Une poignée de frites !

Et sur ton fourneau ?
– Trois gros artichauts !

Et dans ta cave ?
Des betteraves et des choux raves,
Et cent piments brûlants
Pour punir les petits gourmands !