La bataille

Petite patrie de bataille, jeu de cartes très facile et accessible aux enfants. Pratique pour moi aussi qui dois garder un œil sur Boubou en même temps que je joue avec les grands …

Règles du jeu

On distribue les 52 cartes aux joueurs (peut se jouer à deux) qui les rassemblent en paquet devant eux. Chacun tire la carte du dessus de son paquet et la pose sur la table. Celui qui a la carte la plus forte ramasse les autres cartes. L’as est la plus forte carte, puis roi, dame, valet, 10, etc. Lorsque deux joueurs posent en même temps deux cartes de même valeur il y a « bataille ». Lorsqu’il y a « bataille » les joueurs tirent la carte suivante et la posent, face cachée, sur la carte précédente. Puis ils tirent une deuxième carte qu’ils posent cette fois-ci face découverte et c’est cette dernière qui départagera les joueurs. Le gagnant est celui qui remporte toutes les cartes.

Source : Momes.net

Fleurs ! de Hervé Tullet

Un petit livre pour les petites mains de Boubou, mais qui plaît aussi à ses grands frères ! Très ingénieux, il est fait de petits volets colorés transparents que l’on peut superposer à notre gré. Et comme le dit si bien Néné : « Mais pourquoi c’est vert ? Mais oui ! Parce que Bleu + Jaune = Vert ! »

Bravo les enfants !

Continuer la lecture

Le coin lecture

Nous continuons la visite du studio de notre petit ado… euh, petit garçon, plutôt 😉, avec le coin lecture.

Néné a une autre approche des livres que Titi. Mais il aime tout autant. Je lui ai fait un petit coin lecture, encore à améliorer. Il était très content d’avoir son « canapé » 🙂. J’aimerais encore changer les housses que je trouve un peu vieillottes, et personnaliser le carton des livres, je ne sais pas encore comment.

Bref. Plein de projets que je n’ai jamais le temps de faire 😅 !

Une vie de reconnaissance

Dans notre quotidien, on a plutôt tendance à se focaliser sur nos problèmes et toutes les choses négatives qui nous entourent.

En tant que chrétienne, la Bible m’apprend à avoir une attitude de reconnaissance. La raison de vivre de l’être humain est d’adorer. Cela peut sembler un mot « obscur » pour certains d’entre nous. Mais dans la vie, on s’attache toujours à quelque chose, une sorte de leitmotiv, une cause qui nous tient à cœur et pour laquelle on se passionne. Les chrétiens adorent Dieu, en Jésus-Christ. Ce que nous faisons est comme un cadeau qu’on lui offre. Non pas pour obtenir sa faveur, car son pardon, sa grâce est gratuite, Il nous l’a donnée. Mais nous faisons tout, pour Dieu, par reconnaissance et conscients que Celui qui tient le monde dans ses mains sait aussi ce qu’il y a de mieux pour nous (mais Il ne force jamais personne).

Vivre dans une attitude de reconnaissance, c’est reconnaître que chaque geste de notre quotidien est un cadeau du ciel, et ne sert pas à « rien ». Nous ne sommes pas là, à subir les choses, mais nous entrons dans une dynamique intentionnelle qui change complètement notre perspective sur la vie. Par exemple, changer une couche ne présente aucun intérêt, aucune plus-value pour celui qui le fait. Et pourtant, prendre soin de ses enfants, par amour et sans se plaindre, fait partie de notre mission en tant que parents, et c’est quelque chose d’agréable à Dieu. Et à chaque fois que je choisis de plaire à Dieu, j’entre dans l’adoration. Ce n’est pas qu’une histoire de chant.

Tout ce que l’amour te pousse à faire est un acte d’adoration. 

La Chimie … la suite !

Je vous en parlais il y a quelques temps, Titi s’est pris de passion pour… la chimie ! Eh oui, après le grand livre des expériences, nous avons eu le plaisir de tester du nouveau matériel : erlenmeyer, tubes à essai, pipettes, agitateur, boîte de Pétri … Cette fois-ci avec plus de succès que la précédente, ce qui nous a franchement ravi.

Au programme, quelques petites expériences dont :
– une goutte de liquide vaisselle qui chasse des couleurs dans une flaque de lait (j’avoue, celle-là n’était pas probante, mais c’est la 1ère qu’on a essayée !
– un verre rempli d’eau retourné sur un carton et qui ne se renverse pas : top, même pas besoin de tout l’attirail de chimiste
– observer à la loupe la réaction de l’eau et l’huile avec du liquide vaisselle
– le ballon qui se gonfle tout seul : un incontournable des petits chimistes, me semble-t-il
– la flèche qui change de sens : 1er essai loupé, mais en essayant une 2ème fois, c’était franchement sympa
– et un trombone retenu par un fil et attiré par un aimant, « expérience » qui a eu un succès fou auprès des garçons, sans doute grâce à cette « force invisible » qui permet au trombone de flotter en l’air

Qui est le coupable ? – Pascal Prévot

Petit livre qui nous change de nos précédents livres jeux : Qui est le coupable ? de Pascal Prévot. Ici, il s’agit de mener l’enquête pour trouver qui sème le trouble au château. A chaque page, une petite histoire et des indices qui permettent d’éliminer au fur et à mesure des personnages sur la 1ère page. J’aime bien le principe des petites fenêtres qu’on ferme. Par contre, Titi n’a pas encore tout saisi avec cette histoire d' »indices », on va sûrement le reparcourir ensemble !

Description de l’éditeur

Voici un livre d’un genre nouveau qui multiplie le plaisir de lire en l’associant à celui de l’enquête et du jeu. Au château Mordoré, chacun des 15 personnages est tour à tour victime d’un affreux forfait : deux moutons ont été attachés aux cloches de frère Anselme, un malotru a peint un gros cœur rouge sur la robe de la princesse, les précieuses roses du prince des ténèbres ont été coupées, on a volé la baguette magique de la fée, les 6 frères du nain ont été kidnappés…
À l’enfant de chercher le coupable selon les indices physiques rapportés par les témoins et distillés dans l’histoire : le coupable avait les oreilles pointues, on a retrouvé un cheveu noir… À chaque indice, le lecteur « élimine » les personnages qui ne correspondent pas. Dans l’exemple donné, il écarte ceux qui n’ont pas les oreilles pointues et ceux dont les cheveux ou les poils ne sont pas noirs. Jusqu’à ce qu’il ne reste qu’un seul personnage. Cette progression se fait très concrètement par un astucieux système de fenêtres à fermer sur la couverture qui reprend le principe du célèbre jeu « Qui est-ce ? »
Pascal Prévot a réussi à combiner un principe interactif et ludique avec des histoires drôles et toniques qui se lisent indépendamment tout en étant liées par un fil rouge habilement déroulé au fil des pages.

Astérix et Obélix

Ah, 60 ans d’Astérix et Obélix obligent (et toute la communication qu’il y a autour aussi évidemment …), les enfants sont pris d’une soudaine passion pour nos amis les Gaulois. En réalité, Titi avait déjà un certain engouement grâce aux BD de mon frère. Et celui-ci a été attisé par les long-métrages qu’on a regardé en famille (Le Domaine de Dieux et Le Secret de la Potion), puis par les figurines de Mc Do (oui, toujours très culturel, ha ha). Donc, comme à leur habitude, les enfants ont reproduit les épisodes avec leurs figurines et petites peluches (nous n’avons que 4 figurines du dessin animé), et inventent bien d’autres choses encore. Bref, c’est notre phase Astérix.

A cette occasion, (comme à mon habiture aussi), j’ai cherché quelques bricoles à réaliser sur le thème, et une façon de mieux comprendre l’époque et le tutti quanti :

Oiseaux France et d’Europe – Rob Hume

Aimez-vous les oiseaux ? Moi, euh … pas vraiment ! Mais les garçons ont trouvé une petite encyclopédie visuelle recensant tous les oiseaux d’Europe. Il y en a vraiment toute une variété, c’est impressionant. Après, dans notre petite ville, on croise souvent les mêmes. Sauf, lors de notre dernière balade, où nous avons rencontré, à notre grande surprise, des oiseaux d’un magnifique vert, de type « ara ».

Description de l’éditeur

800 espèces d’oiseaux de France et d’Europe photographiées en gros plan tels qu’on peut les observer sur le terrain, dans leur plumage le plus courant, avec en plus : des photographies pour bien distinguer juvéniles et adultes, mâles et femelles, plumage d’été et plumage d’hiver ; des dessins pour mieux observer l’oiseau en vol ; des photographies prises en milieu naturel pour mettre en évidence des comportements caractéristiques et ne pas confondre l’oiseau observé avec une espèce similaire ; des cartes de localisation des espèces en Europe en fonction des saisons. Textes et légendes détaillent chaque photographie, apportent les informations indispensables l’identification. En annexe, le répertoire de plus de 320 espèces rares ou occasionnelles. Le CD permet d’écouter plus de 100 chants d’oiseaux : cris et chants en vol ou immobile, cris d’alarme.

Aires de jeux d’intérieur

Ah les aires de jeux d’intérieur … Si on m’avait dit, avant d’avoir des enfants, que je passerai dès heures dans un environnement clos sans lumière du jour au milieu d’enfants qui crient et qui courent dans tous les sens, j’aurais rigolé : « Même pas en rêve 😅 ! ». Et les raisons sont très simples :
– J’ai besoin de voir la lumière du jour
– J’aime vraiment beaucoup le calme
– J’ai beaucoup de mal avec la proximité avec la foule

Mais voilà, la réalité m’a rattrapé 🙂 ! J’avoue, je n’aime toujours pas les aires de jeux d’intérieur. Je préfère 1000 fois sortir dans un parc et courir après le ballon (enfin je veux dire, que les enfants courent après le ballon … et moi que je cours après Boubou, ha ha !). Pourtant, un peu de temps en temps, ça ne fait pas de mal.

Certes, il faut y être préparé.

Physiquement,
– avoir des chaussettes non dépareillées et sans trou (optionnel)
– apporter à manger pour bébé parce que bon, les consommations extérieures sont interdites, mais bébé ne mange pas encore le menu Kids avec nuggets frites et jus de pommes …
– ne pas oublier de quoi changer bébé s’il a fait popo parce que c’est pas super pratique pour faire du toboggan 😉, et plus sérieusement, on ne laisse pas un bébé plein de caca, le pauvre ..  et pauvre de ceux qui l’entourent. Je précise, parce que visiblement, il y a certains parents que ça ne dérange pas et qui laissent leur bébé embaumer le coin petits d’une odeur dont on se passerait volontiers.

Il faut y être préparé psychologiquement aussi :
– être prêt à ne pas voir le ciel pendant quelques heures
– préparer ses oreilles au bruit ambiant… Je ne sais pas en fait, si on peut parler de bruit « ambiant »…
– penser au départ et préparer son discours afin d’éviter l’incident diplomatique. Celui qui attend tout parent dont l’enfant a envie de rester quand c’est l’heure de partir.
– payer un repas junk food hors de prix …

Voilà, voilà, c’est bien sympa les aires de jeux… Mais sérieusement, les enfants sont conquis. Ce n’est franchement pas donné, je trouve. Certaines aires font même payer les adultes (pourquoi ?). Mais comparé au tour de manège du centre commercial ou à l’attraction de la fête foraine, c’est vite vu ! Alors, une fois de temps en temps, pourquoi pas !

Moi, j’adore la pluie ! – Ozge Bahar Sunar

Un très joli livre, surtout pour moi … qui n’aime pas du tout la pluie 😅.

Présentation par l’éditeur
Quel bonheur quand la pluie s’arrête ! Les promenades, les pique-niques… la vie peut reprendre ! Mais pour cette petite fille, c’est une affreuse nouvelle ! Alors, elle essaie de convaincre Madame la Pluie de revenir, c’est si important pour elle…